• Controversial Bird-Flu Research Published: How Worried Should We Be?


     

    chickens on a farm

    Credit: Larry Rana/USDA

    A highly controversial research paper on bird flu was released today by the journal Nature. It shows that a particularly troublesome strain of avian influenza, designated H5N1, which has been worrying public health officials for more than a decade, has the potential to become a human pandemic. In other words, H5N1 bird flu, which so far has been highly lethal to humans but has not acquired the ability to spread easily among us, could do so at any time.


    votre commentaire
  • http://www.nature.com/news/2011/110506/full/news.2011.275.html

    Nuclear power plants cleared of leukaemia link

    Investigation of cancer clusters should turn to non-radiation causes, say British researchers.

    Les enquêtes sur des groupes de cas de cancers devrait se tourner vers des causes non-radioactives, les centrales nucléaires seraitent donc libérées d'un lien avec la leucémie

    Nuclear power plantDoes proximity to nuclear power plants raise leukaemia risk? COMARE says no.Venture Media Group/Aurora Photos/Corbis

    Living close to a nuclear power station does not increase a child's risk of developing leukaemia, according to one of the most detailed studies of the issue to date.

    The latest report from the UK's Committee on Medical Aspects of Radiation in the Environment (COMARE), published today, calls into question the findings of an influential study in Germany which claimed that clusters of leukaemia cases were more likely to be found near nuclear plants.

    Alex Elliott, chair of COMARE and a clinical physicist at the University of Glasgow, UK, says that researchers should now look for other causes of these leukaemia clusters.

    Nuclear sites have long been plagued by allegations that they release sufficient low-level radiation to raise the risk of childhood cancers. Despite sparse evidence to support the hypothesis, public concerns have persisted.

    The latest report from COMARE looks specifically at the incidence of this cancer in children under the age of 5 living near 13 of the UK's nuclear power plants. It found "no significant association", says Elliott.

    Roughly 500 children in the United Kingdom are diagnosed with leukaemia in any given year, and over the entire study period of 35 years there were only 20 cases in children under 5 years of age within 5 kilometres of a power plant. "It's something that's very difficult to study statistically," admits Elliott.

    As the numbers involved in this are tiny, it is possible that there could be an effect too small to measure, but this effect would itself be tiny in consequence, the authors say.

    The COMARE report contrasts with a German study called Kinderkrebs in der Umgebung von Kernkraftwerken (KiKK; Childhood cancer in the vicinity of nuclear power plants). In 2008, the KiKK team reported1that living within 5 kilometres of a nuclear power plant in Germany roughly doubled the risk of childhood leukaemia.

    COMARE's latest report includes a critique of the KiKK study, pointing out that it did not fully assess confounding factors other than radiation, which may have been partly responsible for the association. In leukaemia, Elliott notes, there are known to be correlations between the disease and socioeconomic status and population density, for example. COMARE attempted to compensate for these and other issues, but the KiKK study did not. "If there was an effect like the KiKK study [in the UK] we would have found it and we didn't," says Elliott. Nature was unable to obtain comment from the KiKK team.

    Cluster causes

    The COMARE report also looked at leukaemia cases at several sites that had been proposed as locations for nuclear power plants that were never actually built. There was a small increase in childhood leukaemia cases within 5 kilometres of one of the proposed power plants, which may highlight the dangers of apparently statistically robust results occurring by chance when dealing with such rare diseases. Or, the report notes, it could mean that sites suitable for nuclear power plants have some characteristic which can also increase the risk of leukaemia.

    Not everyone is convinced that the COMARE report settles the issue. Steve Wing, an epidemiologist at the University of North Carolina at Chapel Hill, says that studies to date have not been properly designed to detect any effect from the very low radiation doses that people living near nuclear plants may be exposed to. But a US team is now preparing to update a 1990 study on the link between nuclear power stations and cancer cases at the request of the US Nuclear Regulatory Commission (see 'US radiation study sparks debate'). Wing suggests that the US study could provide a more effective analysis by assessing the radiation doses that are received in utero and in early childhood by those living close to nuclear plants2.

    ADVERTISEMENT

     

    Others say there are alternative explanations for leukaemia clusters, such as the possibility of an infectious agent being responsible for triggering leukaemia.

    Leo Kinlen, an epidemiologist based at the University of Oxford, UK, has long argued that sites such as nuclear power stations and military bases may be more likely to host leukaemia clusters because of the relatively high population turnover in those areas. Population mixing would increase people's exposure to novel viruses to which they had no immunity, potentially raising the risk of related illnesses, he says.

    Mel Greaves, team leader in the biology of childhood leukaemia at the Institute of Cancer Research in Sutton, UK, instead suggests that the cases may arise from an abnormal immune response to common infections, rather than a specific virus. "I think the consensus view is that it's something to do with timing of exposure to infection," he says. 

    • References

      1. Kaatsch, P. et al. Int. J. Cancer 1220, 721-726 (2008).
      2. Wing, S., Richardson, D. & Hoffmann, W. Environ. Health Perspect.119, 1-5 (2011). | PubMed |

    votre commentaire
  •  L'accident à la centrale de Fukushima, photo prise le 15 mars © Daveeza / Creative Commons / Flickr
    Le panache radioactif qui s’échappe de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi depuis la série d’accidents du 13 mars 2011 devrait atteindre la France dès le 23 ou 24 mars. Les autorités écartent tout risque sanitaire.

    Le panache radioactif qui s’échappe de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi depuis l’accident du 13 mars 2011 se répand peu à peu dans l’atmosphère. Initialement chassé par les vents d’ouest vers le Pacifique, il devrait rejoindre l’Europe le 23 ou 24 mars, selon les prévisions de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (ISRN) et de Météo France.

    A partir de l’estimation des rejets de substances radioactives par l’ISRN, Météo France a produit une simulation de la dispersion de ces éléments dans l’atmosphère jusqu’au 26 mars (voir ci-dessous).



    Le panache est composé de gaz rares comme le xénon 133 et le krypton, et de particules radioactives en suspension dans l’air, telles que l’iode et le césium. Très peu réactifs, les gaz rares restent dans l’atmosphère sans se déposer au sol et leur concentration diminue au cours du temps.

    En revanche les particules radioactives sous forme d’aérosols comme l’iode 131 (dont la période radioactive est de huit jours), ou le césium 137 (30 ans) se déposent progressivement au sol, plus rapidement en cas de pluie. C’est ce qu’on appelle les retombées radioactives, qui contaminent l’environnement.

    Quels risques pour la France ?

    Aucun, selon l’IRSN. Les concentrations attendues en substances radioactives devraient être de 1000 à 10 000 fois inférieures à celles mesurées dans l’est de la France après l’accident de Tchernobyl en 1986.

    Les produits frais français sont eux aussi à l’abri. Toutefois, les produits alimentaires importés du Japon sont soumis à un contrôle systématique. Les autorités écartent donc tout risque sanitaire.

    Après un séjour d’une semaine dans l’atmosphère, les particules radioactives du panache sont grandement diluées. A tel point que l’institut prévoit que ses balises réparties sur le territoire français ne pourront pas détecter leurs traces. Les mesures de la radioactivité sont toutefois accessibles sur internet via une carte interactive (cliquez sur la carte ci-dessous).


     Cartographie des moyens de surveillance de la radioactivité © IRSN


    Et après ?

    Il faut garder en tête que la simulation est issue de modèles numériques. Plusieurs facteurs peuvent modifier la donne, comme par exemple la venue de pluies ou, plus vraisemblable, l’incapacité à stopper rapidement les fuites radioactives à Fukushima. Ce 23 mars, les réacteurs n°2 et 3 fuient toujours.

    Fabien Goubet

    http://www.larecherche.fr/content/actualite-technologie/article?id=29492

    Sur le même thème La Recherche a publié :

    Y a-t-il plus de leucémies autour des centrales nucléaires ?

    Uranium : actif à faible dose

    Peut-on savoir si un cancer est du à la radioactivité ?


    votre commentaire
  • © NTV VIA REUTERS/ REUTERS

    La crise nucléaire se poursuit au Japon. Les prochaines 48 heures seront cruciales. Tout est tenté pour éviter une catastrophe totale et des rejets radioactifs très importants. Photo : © NTV VIA REUTERS/ REUTERS

    L’angoisse est toujours aussi forte, mercredi à la mi-journée, de voir s’aggraver la situation à la centrale nucléaire de Fukushima, au nord-est du Japon. L’inquiétude se focalise sur l’état de la piscine de stockage de combustible usé du réacteur numéro 4. "Il y a risque de rejets radioactifs directement dans l'atmosphère", selon l'Autorité de sûreté nucléaire française. Dans ce réacteur, où deux incendies se sont déclarés et ont été maîtrisés, le niveau d'eau baisse dans le réservoir où est stocké du combustible usé et radioactif. Les Japonais ont essayé de l’arroser par hélicoptère mais y ont renoncé en raison des risques de radiation. Ils envisagent désormais d’utiliser un canon à eau relié à un camion-citerne.

    La situation sur les autres réacteurs a peu évolué mercredi. Rien de nouveau pour le réacteur numéro 1 (cœur partiellement fondu, enceinte de confinement intacte) ; cœurs partiellement fondus et enceintes de confinement des réacteurs 2 et 3 endommagées ; et, mercredi matin, fumées blanches probablement radioactives s’échappant du réacteur numéro 3 (peut-être un problème avec la piscine de stockage de ce réacteur). Les réacteurs 5 et 6 sont aussi l'objet d'un refroidissement pour éviter ce qui se passe au n°4.

    Hier mardi, l’essentiel des salariés de la centrale a été évacué. Reste 50 personnes, salariés de l’opérateur TEPCO ou membres des forces d’autodéfense japonaises (l’équivalent de l’armée) pour essayer de lutter. Le gouvernement japonais a accepté qu’ils puissent être exposés à des radiations de 250 millisievert, présumées par an (500 mSv par an représentant la limite chez les travailleurs du nucléaire). Les rejets radioactifs dans l’atmosphère sont très fluctuants, rendant difficile une évaluation précise. On a du mal à savoir quels sont les radioéléments qui ont été relâchés.

    Dans le monde, la donne bascule brusquement pour le nucléaire civil. Énergie "propre" car exempte d’émissions de gaz à effet de serre, le nucléaire se préparait à une véritable renaissance. Le parc mondial de 443 réacteurs aurait pu doubler dans les 15 prochaines années, prévoyait l’Association nucléaire mondiale (industriels). Poursuite des programmes nucléaires dans les pays déjà équipés ; nouveaux entrants (Abou Dhabi) et 17 postulants (Pologne, Koweït, Jordanie, Maroc, Tunisie, Nigeria, Bangladesh, Thaïlande, Vietnam, Chili et Uruguay notamment), piaffant aux portes de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

    Le vent a tourné et les risques de l’atome sont désormais mis en regard de ses bénéfices. Les autorités nucléaires internationales vont, sans nul doute, y regarder à deux fois avant d’accorder une autorisation à des pays à forte sismicité, comme le Chili, ou habitué des inondations, comme le Bangladesh. La Chine et l’Inde viennent de réaffirmer leur volonté de poursuivre leur programme nucléaire mais en renforçant leurs procédures. Aux États-Unis, on s’interroge ; et en Europe, la Suisse a décrété un moratoire et l’Allemagne a fermé provisoirement 7 centrales. Quant à la France, elle réaffirme sans surprise son attachement au nucléaire mais va vérifier son parc.

    Aline Richard

    http://www.larecherche.fr/content/actualite-technologie/article?id=29490

    Sur le même thème, La Recherche a publié :

    - Le nucléaire touché au cœur

    - Philippe Jamet : "La sûreté nucléaire devra être mondiale" N°396, avril 2006.


    votre commentaire
  •  

    Un effet inattendu du maïs transgénique © Darwin Bell/Flickr

    Treize ans de suivi aux États-Unis le montrent : le maïs transgénique profite davantage aux agriculteurs qui n’en plantent pas, qu’à ceux qui en plantent.

    La pyrale du maïs, Ostrinia nubilalis, est un papillon redouté des agriculteurs : ses larves se développent dans les plants de maïs, faisant chuter les rendements quand l’infestation est massive. Pour contrer ce ravageur, un maïs transgénique, produisant une toxine insecticide dite « Bt », a été mis sur le marché en 1996. 

    Il a rapidement été adopté à grande échelle aux États-Unis, avec comme obligation, pour les producteurs de maïs Bt, de planter au moins 20 % de maïs non transgénique pour éviter que les pyrales deviennent résistantes à la toxine Bt. Mais, du coup, ces parcelles de maïs non transgéniques, et celles des producteurs n’ayant pas adopté le maïs Bt, n’allaient-elles pas être la proie privilégiée des pyrales ? 

    Avec treize ans de recul, une étude menée par des universitaires et des industriels américains montre que ce n’est pas le cas [1] . Qui plus est, elle révèle que sur le plan économique, la mise en culture à large échelle du maïs Bt profite davantage aux agriculteurs n’ayant pas choisi le maïs transgénique !

    L’étude a porté sur cinq États de la Corn Belt, la grande région céréalière du centre des États-Unis : le Minnesota, le Nebraska et l’Iowa, où le taux d’utilisation du maïs Bt est très élevé ; l’Illinois et le Wisconsin, où il est un peu plus faible. Grâce aux registres agricoles, les auteurs ont déterminé, pour chacun de ces États, l’évolution des populations de pyrales entre 1996 et 2009, et celle des bénéfices économiques rattachés aux récoltes. Résultat : les producteurs de maïs non Bt tirent particulièrement bien leur épingle du jeu. 

    En effet, sur le plan agricole, ils profitent tout autant que les producteurs de maïs Bt de la forte réduction des populations de pyrales induites par le maïs transgénique. Et comme les semences qu’ils utilisent sont moins coûteuses, leur chiffre d’affaires est in fine supérieur à celui des agriculteurs ayant adopté le maïs transgénique.

    « On peut se demander quelle sera la réaction des agriculteurs une fois ces résultats connus, commente Denis Bourguet, du centre de biologie pour la gestion des populations, à l’INRA de Montpellier. Vont-ils considérer que, les densités de pyrales étant très basses, ils n’ont plus besoin de semer du maïs Bt ? Où vont-ils en utiliser, à titre d’assurance, même si cette assurance couvre un risque qui devient limité ? »Réponse lors des prochains semis.

    Cécile Klingler

    http://www.larecherche.fr/content/actualite-vie/article?id=28832

    Sur le même thème, La Recherche a publié :


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique